Campagne de soutien
à la galerie AMJ

Soutenir la galerie AMJ...


En cinq ans, la galerie AMJ a réussi à devenir un lieu d’exposition reconnu dans le domaine des arts plastiques en Occitanie.
Dans un texte émouvant et subtil que vous trouverez plus bas, Anne-Marie Jaumaud raconte le passé, le présent et l’avenir de sa galerie…


Mais son avenir dépend aussi de vous !!

Malgré une volonté forte d’équilibrer l’ambition artistique et culturelle du projet par un professionnalisme assumé dans les domaines de la communication et de la commercialisation des œuvres des artistes, l’équilibre financier n’a pas été atteint et ne sera pas atteint à temps …
Bien des raisons peuvent expliquer cette situation que malheureusement bien des galeries d’art françaises connaissent, mêmes les plus anciennes et bien installées.
Mais avant tout c’est le désinterêt pour l’achat d’oeuvres d’artistes vivants, qui a maintenant atteint toutes les classes sociales de notre société de consommation numérique, qui est à la base des difficultés des artistes et des galeristes.

Alors faut-il baisser les bras et abandonner tout espoir de faire vivre de vraies galeries d’art privées, sans subventions publiques, dont l’équilibre financier est assuré par les seules commissions contractuelles sur les ventes et non par la location de cimaises ou la facturation de services à des artistes en quête de lieux pour exposer ?
NON, bien sûr que non !.
Il faut conserver cette ambition, et c’est possible …
mais le passage délicat que négocie la Galerie AMJ ne sera pas négocié sans vous !


250 euros pour soutenir et développer la galerie AMJ


Cet appel à soutien financier pour la galerie AMJ se présente sous une forme originale : nous vous proposons de nous aider en achetant le « livre-souvenir » des cinq années d’expositions pour la somme de 250 euros.

Ce livre a été imprimé à 200 exemplaires numérotés et signés.
Cet achat est un engagement personnel fort pour soutenir la galerie et permettre de continuer sur le chemin qu’elle a entamé.
Ce livre-souvenir, édité avec soin, retrace en photos et  textes les 31 expositions mises en œuvre et mises en scène par Anne-Marie Jaumaud.
La réussite de cette souscription permettra de monter les magnifiques expositions déjà programmées pour 2018-2019 dans de bonnes conditions.
La liste des souscripteurs qui auront accepté que leur nom soit public sera publiée sur le site internet de la galerie.

Le livre vous sera expédié par la poste dès réception de votre règlement.
Il sera numéroté et dédicacé, et accompagné d'une facture/certificat.

Vous trouverez ici le descriptif complet de ce livre et le lien pour une souscription en ligne.


état de la souscription  au  23/11/2017 :        

14  livres achetés



La lettre d'Anne-Marie Jaumaud


Marchons, rêvons, travaillons encore, inventons ensemble pour avancer, pour continuer d’avancer et rendre possible ma « précieuse galerie»  que beaucoup d’entre vous ont qualifiée d’ « utilité publique » .
Une utopie à accueillir et à mettre en scène avec la même ferveur l’œuvre d’artistes engagés dans leur art pour un public, amateur ou néophyte, qui vibre chaque fois au rythme de cette œuvre découverte mais surtout de la prescience de son propre rôle, primordial, à la faire bruire toute à son entour.
Plus de mille personnes visitent chaque exposition, et la liste est sans fin de toutes celles et ceux  qui ont souhaité recevoir régulièrement les annonces de programmation, les textes et explications qui accompagnent chaque exposition, les vidéos que Martin, mon compagnon, bâtit et dépose sur YouTube pour que, même à l’autre bout du monde, vous puissiez vous sentir indispensables et présents chaque fois.

Une détermination pour la gratuité totale pour tous: 
                 - pour le public qui rentre dans la galerie
            - pour les artistes exposés, qui bénéficient du bâti et de son équipement, de l’accrochage, du vernissage, de l’édition du catalogue de leur exposition, et de la communication tellement importante et coûteuse de nos jours, du gardiennage, de l’accueil, et de l’animation pendant les six semaines environ que durent toutes les expositions. Ils ne contribuent financièrement aux charges de la galerie qu’à partir de la vente de leurs œuvres pour la moitié de leur valeur…

…dans l’enthousiasme d’une  programmation bouclée, anticipant trois années d’expositions de sculptures, de peintures, de gravures, de dessins, de livres d’artiste, et quelques fois, grâce à la générosité de  collectionneurs, d’œuvres des grands maîtres de notre passé proche.

À Narbonne, pour Narbonne, pour le public de Narbonne d’abord mais aussi pour tous ceux d’entre vous qui avez suivi cette improbable aventure depuis des débuts où je n’avais jamais envisagé autre chose que de peindre dans le joli atelier/galerie que nous avions restauré rue Benjamin Crémieux. Mais des Diaz Ronda, Vassilkov, Janin, Alix, Aguilar-Agon, Gröne, Langlois, Chiu, Arnaudon, Doñate... puis tant d’autres ont poussé la porte... et l’idée d’exposition a très vite infusé... pour renvoyer mon atelier à la maison familiale, et déménager la galerie qui exigeait des murs, de l’espace, des équipements performants, une présence humaine et finalement un statut commercial et juridique pour être capable d’assumer des objectifs d’une grande exigence tournés vers l’exposition d’un art contemporain, vers la reconnaissance d’un petit groupe d’artistes de la région et du monde, et aussi vers la commercialisation de leurs œuvres ...

Ce livre est le symbole de votre bienveillance pour un projet dont l’exigence est l’engagement, votre générosité le gage de sa liberté et votre reconnaissance comme présage de son avenir.
Mille fois universel et mille fois individuel, si petit ou si démesuré, chaque projet culturel est une proposition offerte à chacun de libérer ses intuitions, sa réflexion, pour laisser vagabonder librement ses goûts, ses certitudes, ses choix, ses imaginations et l’essentielle confrontation à l’autre, qui enrichit.
Une galerie est aussi un endroit commercial. Au bout de cinq années, des  œuvres ont été vendues, avec une progression lente mais constante … 
Depuis cette année la vente d’œuvres et des catalogues permet de financer les services EDF et Véolia, la mise en œuvre des expositions, les vernissages, et un peu de la survie des artistes dont l’art est engagement et profession… mais jamais ne permet de faire face aux taxes foncières, frais de publicité et d’animation de rue, les charges de copropriété, ni le salaire d’un comptable, encore moins celui d’une permanence humaine formée à l’accueil et à l’art.
Bernard Palissy, pour maîtriser, puis réaliser ses émaux prestigieux, aurait brûlé tous ses meubles pour accomplir ses recherches artistiques. Pour accomplir cette Galerie, nous avons vendu toutes nos possessions pour en acquérir les murs et transformer l’espace, puis investir dans un matériel d’exposition approprié et développer une stratégie de communication de plus en plus efficace, innover dans un  éclairage très performant capable de mettre en valeur, voire en scène, les œuvres exposées...
Nous nous sommes humainement, physiquement et professionnellement offerts à cette aventure, tant pour les artistes et le choix de leurs œuvres que pour la si formidable rencontre de l’œuvre d’art avec celle ou celui qui la regarde et la pénètre pour l’apprécier et qui souvent la communique...
 
Vous tous, nous tous …
MAIS,
nous n’avons plus les moyens de continuer sans vous et sans votre participation, encore moins de réaliser des échanges avec d’autres pays, et d’autres galeries amies dans le vaste monde… ou simplement  participer à des salons.  C’est inaccessible vision… même si nous avons les contacts pour cela.
Ou alors, que vous soyez nombreux à acheter ce livre symbole du don que vous avez envisagé… pour que cela continue… et que le succès actuel de la galerie se confirme pour dépasser ces limites financières de démarrage.
...car, n’est-ce-pas que ça aurait de l’allure d’emmener León Díaz Ronda ou Françoise Langlois exposer à Taipei, pendant que des Chinois ou Taïwanais accrocheraient leurs œuvres sur nos murs à Narbonne… puis repartiraient par l’Irlande à Cork ou à Dublin… Déjà, l’été 2019, ce seront des artistes Cubains qui viendront....
Et quelle fierté pour tous les acteurs de Narbonne, dont nous, de participer à des échanges vrais et des rencontres authentiques....
On bricole les rencontres, on bidouille des catalogues, on invente pour tout des solutions, mais ça ne suffit plus et il manque si peu de confiance, de chance et d’aides pour aller plus loin...
D’où ce livre qui va aider à financer et à continuer ces expositions qui permettent de faire vivre des artistes, et des rencontres humaines profondes autour de tout ce qu’apporte l’art dans notre vie intime et notre vie de partage, avec la conscience que l’art ne devrait jamais n’être qu’un produit financier, mais rester, sans aucun doute, le seul élément de partage et de rencontre pour tous les Hommes… que cet art soit peint, gravé, dansé, chanté, sculpté, modelé, construit, qu’il appartienne au passé, à l’actuel ou au futur...

                                                          Anne-Marie JAUMAUD
                                                          Septembre 2017

"la galerie AMJ a besoin de vous ..."