Leon Diaz Ronda
13 avril - 20 mai 2018




Le flegmatique et funambule vigile des tapis volants et celui du caboteur des ciels de ses peintures, le veilleur attentif des alter-egos des hommes et des femmes, le guetteur de toutes dérives inutiles ou opportunes, le gardien des « certains », la sentinelle de ce côté du miroir, mais aussi le matador, le fonceur, l’introspectif, le déchaîné, le combattant des idées louches, le pourfendeur des médiocres, le magicien des impressions, l’inquiet et timide allumeur des lueurs des réverbères imaginés, le contemplatif du vide et des portes fermées, l’héritier des sésames de son imagination et celui des mondes encensés, rêvés ou stigmatisés -méprisés-, le légataire érudit des connaissances reçues ou acquises, puis recherchées et réfléchies avec l’appétence vorace de l’éternel inassouvi de savoir.
Et le sage, le posé, le calme, l’introspectif, le méditatif...
Les chaises vides furent-elles occupées avant ce « maintenant », celui de l’actualité de votre regard? 
Le furent-elles autrefois, ou bien le seront-elles tout à l’heure, ou encore bientôt mais peut être plus jamais?
Furent-elles un rêve ou furent-elles une prémonition? 
Ou seront elles la puissance de celui qui cherche toujours ce qu’il a déjà deviné, déjà cru, ou déjà compris. Et qui sait l’oublier pour peut-être s’en détacher.
Et d’en rire, 
parfois en colère...   
AMJ


La peinture est un art qui passe par la main et par l’œil. La photographie est un art qui passe surtout par l’œil. La main a moins d’importance : la photo est un art plus mécanique que la peinture.
Les deux techniques créent des images. La photo est une technique plus récente. On pourrait dire que la peinture c’est la sœur ainée de la photo, donc elle la méprise un petit peu.
Le peintre utilise ses deux yeux pour créer ses images. Le photographe un seul qui passe à travers l’objectif. L’objectif de l’appareil photo est-t-il si objectif que son nom l’indique ?
Il est plus « réel » en apparence. Petit paradoxe ; l’apparence est elle plus réelle avec un œil qu’avec les deux ?
La peinture peut se faire sans modèle ; « Imaginaire » (la photo l’a beaucoup aidée à ça). 
La photo a besoin d’un modèle, d’une réalité matérielle: le « Réel ». L’opposition entre peinture et photographie dans le domaine artistique est encore pressante à plus d’un niveau. Elle se confond souvent avec l’opposition « Imaginaire - Réel ». Comme si la photographie était plus réelle que l’imaginaire, simplement parce qu’elle est plus proche de la représentation de la surface de la réalité. Comme si l’imaginaire ne prenait pas sa base d’appui sur le réel. L’image (la représentation de…) ne peut faire l’économie de l’imaginaire ni du réel. À chacun ses proportions les plus justes. La représentation du réel comme la représentation de l’imaginaire (s’il pouvait se réaliser l’un sans l’autre) ne peut se faire que par sa surface. Dans les images, la profondeur, on ne peut l’apercevoir qu’ « entre les lignes »,  « entre les couches» pourrait-on dire.
Mon premier essai d’un transfert de photo dans ma peinture date de 1998, vingt ans déjà…
Avant, j’étais tombé dans la gravure ; quinze années de gravure… et monotypes. Avant encore : de la peinture, la plupart du temps sans modèle. 
Je mélange la photo et la peinture au plus intime, au plus près, au plus fondu, au plus confondu. Au début, sans chercher à décanter un style ou une manière.                                                                                                                                   J’ai obtenu des images très photographiques et des images très picturales. Et aussi toute la gamme entre les deux. Aujourd’hui, des lignes se sont décantées dans mon travail et peu à peu,se sont affirmées d’elles mêmes.
Les photos que j’utilise sont des photos que je fais et que je transfère sur les toiles, les bois ou les papiers que, préalablement, je peins à la peinture à l’huile et par rapport à l’image photographique. Et ce n’est ni plus facile ni plus difficile, pour moi, que quand je travaillais dans l’imaginaire, sans modèle. Le résultat est simplement différent, plus… « Objectif ? » « Réel ? ». J’aurais tendance à penser que le réel englobe tout. Imaginaire inclus. 
On ne devrait pas préjuger d’une peinture par rapport à la technique utilisée pour la réaliser.
Chacun essaie d’adopter la technique qui lui réussit le mieux, pour aller le plus loin possible dans ce comme il est.

Video de présentation sur YouTube